Direction de la loi internationale humaine et les droits de l’homme

Histoire de sa fondation et ses engagements
• Il a été fondé selon le mémorandum de service no 27111/ le 19/10/2009 • Il est lié à l’Etat-major de l’Armée pour le personnel
 

Les missions de la direction du Droit humanitaire international et des droits de l’Homme

  • Surveiller l’incorporation de tout accord signé ou certifié par l’État Libanais concernant le Droit humanitaire international aux lois et systèmes militaires.
  • Diffuser toutes les informations concernant le Droit humanitaire international à l’Armée, tout en fournissant aux unités militaires les conseils indispensables à son application.
  • Coordonner avec la direction d’Instruction afin d’incorporer la matière de Droit humanitaire International et ses principes aux programmes instructifs à tous les niveaux.
  • Poursuivre les sessions d’entraînement convenables afin de s’informer sur le Droit humanitaire international et ses principes. Tout comme poursuivre les sessions d’entraînement des instructeurs dans le domaine du Droit humanitaire international et des droits de l’Homme que la direction d’Instruction va inaugurer.
  • Coordonner avec la direction des opérations en mentionnant le Droit  humanitaire international et ses principes parmi les ordres des opérations.
  • Rester à jour en ce qui concerne tout pacte ou accord signé par l’État Libanais et lié au Droit humanitaire international et aux droits de l’Homme ou lié à la prohibition d’utiliser certaines armes, ou l’interdiction de certains comportements sur les scènes de guerre, et ce afin de concorder les systèmes militaires avec ces accords et pactes.
  • Assurer une coordination entre le Commandement de l’Armée et les organisations internationales, les associations, les organisations gouvernementales et non gouvernementales concernant le Droit humanitaire international et les droits de l’homme, et ce afin de mettre l’accent sur le rôle  de l’Armée à ce niveau, de refléter une bonne image de cette institution et préserver sa réputation.
  • S’informer sur les revendications, les plaintes de torture, et toutes les dérogations et les violations du Droit humanitaire international et des droits de l’Homme. Les informations devant être vérifiées par l’Armée afin de juger de leur justesse et chercher à les traiter.
  • Visiter les prisons appartenant au Ministère de la Défense Nationale en ayant recours aux moyens légaux, et ce afin de s’informer sur leur situation et la situation des arrêtés, les conditions de détention, ainsi que pour vérifier à quel point sont respectés les droits de l’homme.
  • Archiver les violations du Droit humanitaire international et des droits de l’Homme dans l’Armée tout en formant une base de données leur étant propres.
  • Œuvrer avec la direction d’Orientation afin de traiter toutes les revendications présentées par les médias accusant l’Armée d’avoir violé les droits de l’Homme.
  • S’informer de la situation des disparus et des cadavres des personnes touchés par la protection du Droit humanitaire international dans la région           d’opérations des forces de l’Armée et archiver les informations concernant la découverte de corps suite à des catastrophes naturelles et des guerres.
  • Suivre et archiver les informations concernant les corps des militaires et la situation des disparus, et ce en coordination avec les services et les comités compétents au sein de l’Armée.
  • Coordonner avec le Centre Libanais d’action contre les mines (CLAM) afin d’archiver les identités des victimes des bombes à fragmentation et des mines, en addition des autres corps non explosés dans toutes les régions libanaises.
  • Surveiller à quel point l’ennemi israélien se conforme aux lois et normes de la guerre et respecte les accords du Droit humanitaire international qu’il avait signés, tout en archivant les violations et présentant des rapports si nécessaire.


Le résultat • Inauguration de la première session d’«entraîneur de loi internationale humaine».
• Diffuser les deux encyclopédies de la loin internationale humaine et des droits de l’homme et la référence d’entraînement de la loi internationale humaine sur le réseau interne de l’Armée.