La mission de l'Armée

La mission de l’Armée Libanaise
Selon la loi de la Défense Nationale (Décret loi No 102 datant le 16/9/1983 avec ses modifications), l’Armée assume trois missions: défensive, sécuritaire et de développement. Ces missions visent à défendre la patrie, préserver la souveraineté et l’autorité de l’Etat, protéger la Constitution, préserver la sécurité et la stabilité et contribuer à assurer la stabilité sociale et le développement.

La mission défensive
Un des devoirs primordiaux de l’Armée est celui de défendre les frontières du pays contre toute agression provenant de l’extérieur. Parmi les travaux et les activités exécutés par l’Armée dans le cadre de sa mission défensive, figure ce qui suit:

  • La disponibilité permanente à faire face à l’ennemi israélien, ses agressions et ses violations avec les différents moyens disponibles.
  • Préserver la stabilité des régions frontalières au Sud des saboteurs et appuyer la ténacité des citoyens pour rester dans leurs villes et villages.
  • La coopération et la coordination avec la FINUL en application de la résolution 1701, y inclus le fait de traiter les violations israéliennes, effectuer des manœuvres militaires mixtes, afin d’améliorer le niveau de disponibilité pour faire face à tout cas d’urgence.
  • Continuer la démarcation de la Ligne bleue qui a été déformée lors de l’agression de Juillet 2006, et ce de la part d’un comité spécialisé de l’Armée et un autre comité de la FINUL.
  • Contrôler les eaux territoriales libanaises, faire face aux violations de l’ennemi israélien, surveiller ses activités, surtout l’empêcher de porter atteinte aux ressources pétrolières libanaises se trouvant dans ces eaux.
  • Faire face aux organisations terroristes sur les frontières et au nord. L’Armée a réussi à repousser ces organisations et les encercler sur les frontières, et assurer par la suite la sécurité des villes et villages limitrophes.

 
La mission sécuritaire
Suite à la résolution promulguée par le Conseil des ministres en 1991, l’Armée fut chargée de la mission de préserver la sécurité à l’intérieur, aux côtés des autres forces sécuritaires. Les travaux sécuritaires les plus importants assumés par l’Armée sont les suivants:

  • Lutter contre les crimes du terrorisme et d’espionnage et de connivence avec l’ennemi israélien. Les efforts consentis par l’Armée dans ce domaine ont abouti au démantèlement de la plupart des réseaux et des cellules terroristes et de connivence, fait qui a épargné le pays beaucoup de pertes humaines et matérielles importantes.
  • Perquisitionner les dépôts d’armes et arrêter les personnes impliquées.
  • L’intervention rapide et ferme pour contrôler les incidents sécuritaires dans les différentes régions et évacuer les locations endommagées par les exploits et les incidents sécuritaires.
  • Lutter contre les crimes organisés sous leurs différentes formes.
  • Contrôler les frontières terrestres et maritimes des actes d’infiltration et de la contrebande dans les deux sens.
  • Assurer la protection aux manifestations et les groupements populaires lors des différentes occasions.
  • Assurer un climat sécuritaire sain pour le bon déroulement des élections législatives et municipales et les différentes échéances nationales.
  • Poursuivre les actes de nettoyage des mines, des bombes à fragmentation et des corps suspects, surtout ceux délaissés par l’ennemi israélien et suite aux incidents internes, et ce en coopération avec des armées amies, des organisations et des associations non gouvernementales opérant dans le domaine de déminage.

La mission de développement et humanitaire
L’Armée a persévéré dès sa fondation à accomplir cette mission. Elle a joué un rôle important au niveau de l’établissement de l’infrastructure du pays et soulager la souffrance des citoyens, surtout lors des crises et des catastrophes. Parmi ces missions les plus importantes:

  • Construire les ponts fixes et mobiles, surtout lors des agressions répétées de l’ennemi israélien contre le Liban.
  • Contribuer à la reconstruction de l’infrastructure de l’eau, de l’électricité, des routes, etc... dans les locations endommagées, suite aux guerres israéliennes et les incidents internes.
  • Frayer les routes dans les villes et villages lointains.
  • Contribuer à éteindre les incendies et mener de larges campagnes d’afforestation.
  • Réhabiliter les citadelles archéologiques et les sites touristiques, nettoyer les côtes, les fleuves et les zones maritimes polluées par le pétrole, surtout après l’agression israélienne contre le Liban en 2006.
  • Gérer les catastrophes naturelles en coordination avec les services concernés au sein de l’état et former les comités spécialisés pour évaluer les dégâts de ces catastrophes.
  • Evacuer les citoyens cernés par la neige et les inondations, leur distribuer les matières nutritives et médicales et mener des campagnes de vaccination pour les enfants dans les régions lointaines.
  • Distribuer les différentes aides dans les régions pauvres ou endommagées par les incidents, en addition à la distribution des aides auprès de certaines écoles, hôpitaux et municipalités, etc.… dans le cadre du programme de coopération militaire – civile CIMIC et d’autres programmes.
  • Fournir aux services de l’état les moyens et les expertises nécessaires, et renforcer la coopération scientifique et culturelle avec les universités nationales et les comités de la société civile.